Imprimer

Détails

1987 : Ancienne école de Médecine

Adresse:Rue de l'Ecole-de-Médecine 20
Description:

Classement demandé par la SAP en 1986
Classement le 18.11.1987
Date de construction : 1875-1876

 

A la séance du 21 octobre 1874, le Grand Conseil approuve les plans et devis de la future Ecole de Médecine présentés par Adolphe Reverdin, Antoine Goüy et Charles Gampert. Auparavant, les conseillers Vautier et Ormond avaient acquis par l'Etat de Genève les terrains de Mme Yves Pictet de la Rive. Par la suite, vraisemblablement aux alentours des années 1950, un nouveau bâtiment vient se greffer au centre du côté nord-ouest en remplacement de l'ancien amphithéâtre. Toujours du même côté viennent s'implanter des bâtiments en préfabriqués, sans doute dès les années 1960.

L'Ecole de Médecine se présente comme un long quadrilatère muni de deux ailes en retour. Côté sud-est, la façade principale est rythmée par un avant-corps central en faible saillie qui reçoit l'entrée principale et qui est surmontée par un fronton arqué; aux deux extrêmités, le départ des ailes est également marqué par une saillie. A l'opposé, au nord-ouest, le bâtiment rajouté au milieu du XXe siècle fait penser à l'architecture de A. Hoechel et P. Nierlé (Hôpital Cantonal).

Le bâtiment possède trois niveaux : sous-sol, rez-de-chaussée, premier étage. Il faut noter que l'éclairage du sous-sol est assuré par un saut-de-loup. A l'intérieur, l'Ecole de Médecine est desservie par trois escaliers dont deux placés dans les ailes, aux extrêmités nord-est et sud-ouest et reliés par un long couloir qui traverse le bâtiment central; et le troisième monumental qui part du hall d'entrée. Pour ce dernier, on peut penser à une parenté de construction avec celui de l'Ecole de Chimie. 

Au rez-de-chaussée et au 1er étage, le long couloir qui traverse le bâtiment dessert de part et d'autre des salles qui donnent par de larges fenêtres sur l'extérieur. Au rez-de-chaussée, on notera encore le caractère monumental recherché entre le hall et l'escalier (frontons brisés au-dessus des portes, pilastres, etc), avec un dallage tricolore. 

Outre la valeur intrinsèque du bâtiment, il faut signaler sa valeur dans l'ensemble de la rue et comme immeuble faisant pendant à l'Arsenal.

SAP, extraits de la demande de classement, 17 avril 1986

 

retour